Tmoignages dtudiants

Ce site se verra enrichi par les contributions des étudiants qui souhaiteront envoyer suggestions et commentaires sur leur séjour en Argentine.

Rosinha G. (Brésil) :

« J'ai assisté à des séminaires interdisciplinaires sur le genre, point central dans l'exercice de ma profession d'avocate. Je prépare mon doctorat au Brésil et cette année, je suis venue en Argentine pour étudier le plus possible sur la condition des femmes. J'ai suivi des séminaires dans deux universités et dans une association professionnelle. J’ai beaucoup étudié. J'ai aimé la conception des cours qui m’ a permis de penser à la condition des femmes dans les domaines de la politique, de l’éducation et de la santé. Et puis aussi, la merveilleuse bibliographie et les professeurs qui m'ont tellement bien accueillie.

Maintenant, les étudiants brésiliens n'ont plus besoin de traduire les diplômes : Il existe un accord entre les pays membres du Mercosur. Toutes les formalités sont sans problème, tout est très simple.

J’ai pu constater la démocratisation des relations professeurs-élèves en Argentine. J'ai été frappée par la participation des élèves, il ne sont pas du tout passifs. Et les professeurs acceptent volontiers cette participation. Ils ne mettent pas de distance en voulant représenter le savoir absolu.

Et en plus, j'ai pu visiter Salta, Tucumán, Mendoza... et j'ai envie de connaître encore plus d’endroits en Argentine. »


Camila et Elvira (Colombie) :

« On fait un échange entre notre université en Colombie et l'UBA. On a choisi l’ Argentine à cause de l'exigence du niveau universitaire en psychologie, il est très élevé. Je crois que c'est le niveau le plus élevé d’Amérique du Sud.


On voulait faire un échange avant d’avoir notre diplôme et ici on pouvait trouver tout ce qu'on voulait. En plus, les livres sont bien plus abordables qu'ailleurs.

On est cinq étudiantes à être venues dans ce groupe d'échange ; celle qui était intéressée par une ligne théorique est allée dans une université et les autres qui étaient intéressées par la psychanalyse, sont allées dans une autre.

L'appartement dans lequel on vit, on l'a trouvé sur Internet. On est allé à Migraciones pour faire remplir toutes les formalités et 15 jours plus tard, on a eu la carte de séjour temporaire pour une durée de deux ans. C’est très facile. Si on revient en Argentine d’ ici à deux ans, on pourra avoir la carte de résidence permanente. Et c’est moins cher qu’en Colombie. »

Stephania (Équateur)

« J'ai fait des études de biochimie dans une université privée. Je suis venue d'Équateur parce que je voulais faire des études en Argentine, ce pays m'intéressait. J'ai fait le choix de mes études dès l'école secondaire et j'ai commencé mes études ici. C’est ma première expérience universitaire et je suis venue toute seule. J’aime bien Buenos Aires mais j’aime encore plus la province. Je voudrais aller faire des études à Córdoba. Peut-être que je ferai mon doctorat là-bas. »

Maya D. (France) :

L'Amérique latine m'a toujours intéressée à cause du métissage qui enrichit énormément la littérature. L'Argentine a commencé à me fasciner après un cours sur Borges au laboratoire de recherche. C’est à cause de Borges que j’ai découvert la littérature argentine. Ici, les étudiants gradués ont une très bonne formation, on permet à tout le monde de se sentir plus responsable de son apprentissage et ça donne de bons résultats.

Dès que je suis arrivée, j’ai senti comme une effervescence intellectuelle qui m'a beaucoup motivée. Maintenant, mes vacances commencent et je vais aller dans le nord de l'Argentine,

j'ai beaucoup travaillé pour mon doctorat et j'ai recommencé à jouer du violon. Je veux apprendre la musique traditionnelle de chaque pays pour faire danser les gens. Maintenant, j'apprends aussi le tango... »

Nicolás R. (Colombie) :

« Je suis anthropologue, j'ai choisi de faire mon doctorat en Argentine pour être proche de mes parents qui habitent en Uruguay maintenant.

J'ai consulté tous les programmes, ceux du Mexique, de l'Espagne et, à mon avis, les meilleurs sont ceux d’Argentine. L'Argentine est très à la pointe en sciences sociales en général et ce que je trouve avec les cours ou mes contacts à l'université, dépasse mes attentes pratiquement.

Le niveau est très élevé, mais pas seulement pour les professeurs, mes propres collègues sont aussi très qualifiés. J'ai été très bien reçu, je n'ai pas senti de xénophobie ici.

L'université argentine est très respectée en Amérique latine, en particulier dans le domaine des sciences sociales. Et pour la psychologie, c'est vraiment super. »